Aller directement au menu principal Aller directement au contenu principal Aller au pied de page

Thérapeutique

Vol. 1 No 1 (2021): MTSI-Revue

Surveillance de l'efficacité d’artéméther-luméfantrine dans le traitement du paludisme simple à Plasmodium falciparum par étude des mutations des gènes Kelch 13 à Bangui, République centrafricaine

DOI
https://doi.org/10.48327/mtsibulletin.n1.2021.82
Publiée
2021-03-26

Résumé

Objectif. Cette étude vise à surveiller l’efficacité d‘artéméther-luméfantrine (AL) dans le traitement du paludisme simple chez les enfants à Bangui.

Matériels et méthodes. Il s’agissait d’une étude transversale à visée évaluative allant du 15 février au 7 mars 2017 chez les enfants de 6 mois à 15 ans pris en charge pour accès simple de paludisme au Complexe pédiatrique de Bangui. Les réponses ont été classées en réponse clinique et parasitologique adéquate (RCPA), en échec parasitologique tardif (EPT), en échec clinique tardif (ECT) et en échec parasitologique précoce (ETP) selon le protocole standardisé de l’OMS. Le gène K 13 a été analysé par la technique de PCR-RFLP puis séquencé.

Résultats. Cinquante-cinq enfants âgés de 6 mois à 15 ans atteints du paludisme simple ont été inclus. Après PCR corrigé, le RCPA a été de 97,8 % et l’ECT de 2,2 % avec AL. Le cas d’échec observé était dû à une nouvelle infection. Aucune mutation K13 n’a été observée. Tous les échantillons avaient l’allèle de type sauvage. La réduction de l’anémie et de la fièvre a été nette.

Discussion et conclusion. Cette étude confirme que l’artéméther-luméfantrine reste efficace et bien tolérée à Bangui. Cependant, tous les allèles sont de type sauvage en RCA contrairement au Rwanda où une mutation R561H est observée. La surveillance par l’étude des marqueurs moléculaires doit être continue pour détecter plus tôt l’apparition de résistance aux dérivés de l’artémisinine.